Le Kif-Kif appelle à une régularisation extraordinaire face à la proposition du gouvernement de racines d'emploi

Atteint d’un cancer du poumon dû à l’amiante, il réclame plus de 366 000 euros à CIE Legazpi, GKN Zumaia et Sidenor

SAINT-SÉBASTIEN, 9 février ( ) –

Un travailleur atteint d’un cancer du poumon dû à l’inhalation d’amiante à Patricio Echeverria réclame 366 428,43 euros aux entreprises CIE Legazpi, GKN Zumaia et Sidenor Aceros « pour non-respect des mesures de sécurité liées à l’amiante ».

Lundi prochain, à 10h30, la demande de dommages et intérêts contre Sidenor Aceros Especiales et CIE Legazpia, successeurs de feu Patricio Echeverria, sera jugée par le Tribunal Social de la ville guipuzcoenne d’Eibar.

Le demandeur a travaillé dans les écoles de Legazpi entre 1966 et 1967 et, de juin 1970 à 1991, il a effectué des tâches d’entretien hydraulique chez Patricio Echeverría Aceros SA. Plus tard, entre 1991 et 2010, il a travaillé chez GKN Driveline Legazpi SA jusqu’à sa retraite.

Dans un communiqué, l’association des personnes touchées par l’amiante en Euskadi, Asviamie, a indiqué qu’en 2019, le retraité a reçu un diagnostic d’adénocarcinome du poumon et que le 28 février 2023, une résolution de l’INSS a confirmé la réclamation précédente qu’il avait présentée et a été reconnu une Invalidité Absolue résultant d’une maladie professionnelle, améliorant ainsi sa pension.

Selon le rapport publié par Osalan le 3 février 2023, « il est possible que ce travailleur ait été exposé à l’inhalation de fibres d’amiante dans l’entreprise Patricio Echeverría, en tant qu’ouvrier d’entretien hydraulique », exposition qui a eu lieu « sans que l’entreprise adoptera les mesures de sécurité requises selon la législation de l’époque ». Pour ces manquements commerciaux et les dommages causés, 366 428,43 euros sont réclamés à titre de dommages et intérêts.

Asviamie se réunira lundi prochain devant le tribunal d’Eibar à partir de 10h30 pour soutenir cette revendication et exiger que le gouvernement central lance le fonds d’indemnisation, ainsi que des mesures de sécurité contre les substances cancérigènes au travail.

A lire également