Blanco présente CyL comme une "terre d'accueil", mais rappelle que les pouvoirs en matière d'immigration appartiennent au gouvernement central

Blanco présente CyL comme une « terre d'accueil », mais rappelle que les pouvoirs en matière d'immigration appartiennent au gouvernement central

VALLADOLID, 4 juillet. () –

La ministre de la Famille et de l'Égalité des chances, Isabel Blanco, a qualifié Castilla y León de « terre d'accueil et de société profondément solidaire », tout en rappelant que le gouvernement espagnol détient des compétences exclusives en matière d'immigration.

« Le gouvernement central est le seul responsable de la définition des politiques d'immigration à travers le ministère correspondant, ce qui signifie qu'il doit adopter les mesures nécessaires pour assurer un contrôle rigoureux aux frontières », a souligné Blanco lors de sa comparution à la Commission extraordinaire sur la famille et l'égalité des chances pour prendre stock de la mi-parcours de la législature.

La conseillère a également critiqué le fait que le gouvernement espagnol n'ait lancé aucune stratégie avec les pays d'origine « pour atténuer les causes qui animent ces vagues migratoires », ce qu'elle considère « encore plus grave lorsqu'il s'agit de mineurs migrants non accompagnés ». « .

En outre, Isabel Blanco a rappelé qu'en Castille et León, « conformément au plan de réponse convenu, depuis la dernière législature (2021) », une moyenne de 20 mineurs migrants non accompagnés s'installent chaque année dans la Communauté et ont été soignés. dans divers centres communautaires.

« Cela continuera ainsi cette année, en respectant les engagements pris et en exigeant l'information et le financement nécessaires pour une prise en charge correcte de ces mineurs », a-t-il déclaré.

D'autre part, le conseiller a souligné les actions de Castilla y León en matière d'immigration, comme l'incorporation de familles de pays comme Cuba et l'Argentine à travers le projet « Zamora Challenge », ainsi que l'accueil de plus de 4 000 personnes. des personnes originaires d'Ukraine et 85 mineurs non accompagnés, pour la plupart handicapés, de l'orphelinat de Marioupol.

A lire également