Compromís étale 600 t-shirts sur la plage de Gurugú pour dénoncer « l'inaction de l'UE » en matière d'immigration

Compromís étale 600 t-shirts sur la plage de Gurugú pour dénoncer « l'inaction de l'UE » en matière d'immigration

CASTELLÓ, le 25 mai. (E) –

Ce samedi, Compromís a distribué plus de 600 t-shirts sur la plage Gurugú, à Castelló de la Plana, en souvenir des 30 439 migrants qui ont perdu la vie en tentant de traverser la mer Méditerranée depuis 2014.

Cette action, a souligné la candidate Compromís-Sumar aux élections européennes Yurena Hueso, « a été réalisée pour dénoncer les politiques anti-immigration de l'Union européenne et des pays qui la composent ». « Nous ne pouvons pas tolérer que la Méditerranée continue à être un cimetière en raison de l'inaction des gouvernements européens », a-t-il affirmé.

« Nous nous opposons à une Europe qui maltraite et expulse les migrants, les réfugiés et les demandeurs d'asile », a-t-il déclaré, insistant sur le fait que « les droits fondamentaux et la sécurité humaine ne sont pas en jeu ».

Pour sa part, le candidat Compromís-Sumar aux élections européennes, Vicent Marzà, a souligné que l'actuelle politique migratoire de l'Union européenne, marquée par le nouveau Pacte sur la migration et l'asile, « devrait servir à renforcer le système européen commun d'asile ». et assurer une plus grande solidarité au sein de l'UE. »

« Ce pacte est une victoire de l'extrême droite européenne que nous amenderons au Parlement européen pour garantir une gestion des migrations garantie, solidaire et dans le plein respect des droits de l'homme », a-t-il promis.

En ce sens, il a avancé que Compromís-Sumar exigerait la mise en place d'un « mécanisme de débarquement sûr » sur les côtes et la relocalisation une fois les navires reçus dans l'Union européenne, et favoriserait la fermeture des centres d'internement des étrangers, comme comme Sapadores à Valence dans toute l'Union européenne.

Les deux candidats ont convenu que dans l'Union européenne « le respect des droits de l'homme doit être exigé » avec des politiques « cohérentes et humanitaires », et ont souligné que le 9 juin « il faudra voter contre le racisme, le suprémacisme, la xénophobie et la militarisation des frontières ». « .

A lire également