Condamné à Almería pour avoir piloté un bateau avec huit migrants à bord, dont un enceinte

Condamné à Almería pour avoir piloté un bateau avec huit migrants à bord, dont un enceinte

ALMERÍA, 7 décembre () –

Le Tribunal Supérieur de Justice d’Andalousie (TSJA) a confirmé la peine de quatre ans et neuf mois de prison à l’encontre d’un citoyen algérien pour avoir piloté un bateau avec huit personnes à bord, dont une femme enceinte, qui a été localisée alors qu’elle se dirigeait à la plage d’El Lancón, à Carboneras (Almería).

La Haute Cour rejette le recours déposé par la défense et souligne la « crédibilité subjective » du témoignage de l’agent de la Garde civile qui « l’a visualisé de manière claire, incontestable et concluante » comme la personne « qui a amené le bateau à terre » pour faciliter le  » débarquement des occupants. »

Le jugement, consulté par Europa Press, estime que le « mensonge » de l’accusé peut être « objectivement vérifié », qui a nié à tout moment avoir piloté « de manière continue tout au long de la traversée du zodiac » et a souligné qu’il était « un de plus » des des « passagers » qui « alternaient » comme capitaines « tout au long d’un voyage de 100 milles marins ».

« Le condamné a fait allusion à son malheur dans le fait qu’il devait diriger le navire à un moment où son identité était visible dans son pilotage, précisément dans l’une des manœuvres qui nécessitent une plus grande habileté, comme l’approche de la côte et son arrivée à la plage de Lacón de Carboneras », souligne-t-il.

Le tribunal conclut qu’il a eu recours à « la version largement utilisée et stéréotypée de l’équipage commun et tournant par tous les passagers » pour se disculper et souligne qu’elle est, « en bref, invraisemblable ».

En ce qui concerne l’application du sous-type aggravé du délit contre les droits des étrangers pour lequel il est condamné, il affirme que le voyage depuis l’Algérie « a duré plusieurs heures, dont une partie de nuit, sur un bateau inadéquat et surchargé, sans feux ou mesures de sécurité, et sur une route à trafic maritime intense ».

Il ajoute que la traversée s’est faite « dans des conditions météorologiques défavorables, avec des vagues allant jusqu’à 1,25 mètres », de sorte que le bateau « est venu à la dérive », et souligne qu' »il apparaît clairement qu’il y avait un certain danger pour la vie ou l’intégrité ». des personnes transportées ».

Le zodiac a été aperçu à 15 heures le 10 septembre 2022 par un agent de la Garde civile en congé qui l’a observé se dirigeant vers la plage d’El Lancón, à Carboneras.

A lire également