Coups de feu tirés en l'air en raison de tensions sur un navire de la Garde civile avec 168 migrants sur les côtes de la Mauritanie

Coups de feu tirés en l’air en raison de tensions sur un navire de la Garde civile avec 168 migrants sur les côtes de la Mauritanie

MADRID, 26 août () –

Des agents de la Garde civile ont tiré en l’air pour tenter de contenir la tension croissante sur le navire Rio Tajo, qui mouille dans le port de Nouadhibou, en Mauritanie, avec à son bord 168 migrants.

Selon des sources de la Garde civile d’Europa Press, le patrouilleur espagnol de sauvetage se trouve à son bord depuis deux jours, le 24 août, en attendant l’autorisation de débarquer en Mauritanie ou de procéder au transfert vers les îles Canaries.

Ces sources ajoutent que la situation de tension s’est accrue au fil des heures, c’est pourquoi il a été décidé de renforcer le nombre d’agents à bord du navire de la Garde civile, en mobilisant des troupes affectées au détachement de Nouadhibou.

Ces dernières heures, les agents qui gardaient les 168 migrants ont d’ailleurs tiré en l’air à deux reprises pour tenter de réprimer d’éventuelles tentatives d’émeutes.

L’AUGC, l’association professionnelle de la Garde civile, a également collecté des informations sur la situation pour dénoncer les « conditions pénibles » subies par les agents et les migrants, qu’elles attribuent au manque de coopération de la Mauritanie, selon des sources de cette organisation.

Dans son compte sur le réseau social X, l’AUGC ajoute ce samedi après-midi qu’il y a actuellement des négociations infructueuses entre l’agence européenne Frontex et les autorités mauritaniennes.

A lire également