Démantèlement d'un groupe dédié à la promotion de l'immigration irrégulière en attirant des «menas» dans les centres de Gran Canaria

Démantèlement d’un groupe dédié à la promotion de l’immigration irrégulière en attirant des «menas» dans les centres de Gran Canaria

Ils auraient organisé jusqu’à 30 voyages dans la péninsule avec de faux papiers moyennant le versement d’entre 600 et 1 000 euros

LAS PALMAS DE GRAN CANARIA, 4 août () –

La Garde civile a démantelé une organisation criminelle à Gran Canaria qui se consacrait à la promotion de l’immigration irrégulière, incitant à l’abandon de mineurs et au trafic de drogue à plus petite échelle, en capturant des mineurs étrangers non accompagnés (menas) arrivant du continent africain qui étaient dans un centre pour mineurs centre de l’île pour leur fournir, moyennant le paiement de 600/1 000 euros, des documents faux ou volés leur permettant de se rendre dans la péninsule.

Dans un communiqué, la Benemérita a expliqué que les agents ont procédé à l’arrestation de cinq personnes, dont quatre sont en détention provisoire, et à l’enquête d’une autre, pour l’organisation de jusqu’à 30 déplacements.

De cette manière, les responsables ont pu vérifier que dans les activités criminelles visant à promouvoir l’immigration irrégulière à but lucratif, il existait une relation étroite entre ses membres avec une répartition clairement définie des rôles, des rencontres et des contacts pour commettre des actes criminels d’une distinction serait dérivée en termes de responsabilité pénale.

Pour sa part, la Garde civile a appris l’existence à San Bartolomé de Tirajana d’une organisation criminelle qui fournissait périodiquement des documents falsifiés/usurpés à différents mineurs étrangers non accompagnés (Menas) qu’ils avaient précédemment capturés dans certains centres de mineurs à Gran Canaria, et qui, après les avoir fuis, ont été regroupés dans des séjours assurés par l’organisation jusqu’à leur départ définitif des îles Canaries.

De plus, le groupe criminel avait une personne dans la province de Barcelone qui a mis les mineurs en contact avec l’organisation.

ILS ONT FAIT UN SUIVI DES MENAS DEPUIS LEUR ARRIVEE AUX ILES CANARIES

De l’arrivée du territoire africain aux centres d’accueil où les mineurs étaient encadrés par l’administration, l’organisation a effectué un suivi détaillé de ceux-ci, profitant d’autres mineurs admis dans d’autres centres pour les recruter, les incitant à leur tour à leur abandon.

Une fois les conditions de départ convenues, ils se chargeaient de toutes les tâches logistiques, de la fourniture des documents (usurpés ou falsifiés), de l’achat des billets d’avion, de l’hébergement et du voyage.

ILS ONT DÛ PAYER ENTRE 600 ET 1 000 EUROS

Pour ces activités criminelles, les mineurs ou leurs familles versaient à l’organisation des sommes pouvant varier entre 600 € et 1 000 € selon la destination demandée. Au cours de la période d’enquête, qui a débuté en janvier 2023, l’organisation aurait effectué plus de 30 voyages avec des mineurs.

De la même manière, il a été possible de vérifier dans le déroulement de l’enquête que cette organisation était dédiée à la vente au détail de substances narcotiques.

L’opération policière a abouti à deux perquisitions dans deux bâtiments situés à San Bartolomé de Tirajana, où divers documents ont été saisis, notamment des documents précédemment utilisés par les hommes pour voyager, des reçus d’expédition et des reçus d’argent, et 500 grammes de haschich préparé en doses pour la distribution.

Enfin, les détenus ont été mis à la disposition du tribunal d’instruction n° 1 de San Bartolomé de Tirajana, qui a ordonné l’incarcération de quatre d’entre eux.

A lire également