Escriva informe la CCAA que 44 000 migrants sont arrivés cette année le long de la côte et les 43 000 places occupées

Escriva informe la CCAA que 44 000 migrants sont arrivés cette année le long de la côte et les 43 000 places occupées

MADRID, 1er novembre () –

Le ministre par intérim de l’Inclusion, de la Sécurité sociale et de la Migration, José Luis Escriva, a informé les communautés autonomes et les mairies de la répartition territoriale des près de 43.000 places d’accueil occupées par les migrants et de l’arrivée par voie côtière en Espagne de quelque 44.000 migrants jusqu’à présent. cette année.

Comme l’a indiqué le ministère, le ministre a rencontré ce mardi par vidéoconférence les 22 mairies des plus grandes villes d’Espagne et celles qui accueillent le plus grand nombre de migrants par rapport à leur population, avec le président de la Fédération des municipalités et provinces. (FEMP), María José García Pelayo, avec le président du Cabildo d’El Hierro, Alpidio Armas et avec les conseillers en matière d’immigration des 17 communautés autonomes.

Selon les données d’Inclusion, depuis août de cette année, 28 000 personnes sont arrivées le long de la côte et 44 000 tout au long de l’année, ce qui représente 6 % des migrants qui arrivent en Espagne au cours d’un an. Parmi eux, 70 %, soit 30 000, sont entrés par les îles Canaries.

Concernant les places d’accueil, l’Andalousie (9 874), les îles Canaries (3 363), la Catalogne (6 023) et Madrid (3 935) sont les régions qui en disposent le plus. Dans le cas de la Principauté des Asturies, 594 places occupées sont indiquées, ce qui représente 59 pour 100 000 habitants.

En outre, le ministre a fait état des 3.000 places qui seront bientôt ajoutées avec l’ouverture de ressources dans des sites militaires désaffectés à Madrid (1.220), Cartagena (600) et Alcalá de Henares (Madrid) (1.134), en plus des centre ouvert lui-même à Mérida il y a quelques jours (800).

Parmi les personnes servies dans les ressources actuellement, il y a de multiples nationalités : une sur quatre est latine, une sur trois subsaharienne, une sur huit est ukrainienne et une autre sur huit est nord-africaine, 5 % sont syriennes ou afghanes.

Dans cette vidéoconférence, le ministre a assuré que le système d’accueil du ministère est prêt à gérer des situations d’arrivées accrues, comme cela s’est produit à de précédentes occasions, comme celle survenue à l’été 2021 en raison de la chute de Kaboul (2 400 Afghans sont arrivés dans 9 jours) et début 2023 du fait de la guerre en Ukraine (84 000 personnes accueillies sur les seuls mois de mars et avril). En ce sens, il a rappelé que les 28.000 personnes arrivées sur la côte depuis août ne constituent pas un défi plus grand que ceux vécus les années précédentes.

A cette occasion, il a souligné que les raisons du rebond des arrivées ces dernières semaines sont fondamentalement deux : la plus grande instabilité sociale et politique au Sénégal et une période prolongée de bonnes conditions maritimes. En outre, l’augmentation des arrivées au cours des dernières semaines présente des caractéristiques différentes des autres étapes, comme l’augmentation du nombre de mineurs non accompagnés (4 700 depuis août), la concentration des arrivées à El Hierro (un tiers des arrivées depuis août) et la proportion plus élevée de subsahariens (70% du total).

Escriva a expliqué que la gestion de cette augmentation des arrivées a été abordée avec « solidarité avec les zones les plus touchées, notamment les îles Canaries » et avec une gestion globale du système d’accueil. En outre, il a assuré que « le travail avec les entités du système a été continu, tout comme la recherche d’emplacements optimaux, comme les espaces militaires désaffectés ».

Entre-temps, et « temporairement », comme l’a expliqué le ministre par intérim, d’autres ressources sont utilisées, comme des hôtels ou des refuges, comme cela a été fait à plusieurs reprises. »

Escriva a assuré que cet épisode migratoire « n’aura pas d’impact significatif sur les systèmes éducatifs ou sanitaires des différents territoires, en raison du profil des personnes arrivées ces dernières semaines » (pour la plupart d’âge légal et en bonne santé). ). ).

Le ministre s’est en tout cas engagé, selon Inclusion, à continuer de signaler le plus rapidement possible les transferts aux Mairies et aux communautés autonomes concernées, et a également annoncé que des travaux étaient en cours sur un système permettant à ces autorités d’être être informé au cas où l’une des personnes présentes dans le système d’accueil déciderait de s’inscrire. Ainsi, comme expliqué, ils pourront savoir combien de personnes pourraient avoir besoin des services municipaux à moyen terme.

A lire également