La Cantabrie accuse l'État de « boycotter » l'accord avec la CCAA pour la distribution des « menas »

La Cantabrie accuse l'État de « boycotter » l'accord avec la CCAA pour la distribution des « menas »

SANTANDER, le 12 juin. () –

La ministre de l'Inclusion sociale, de la Jeunesse, de la Famille et de l'Égalité de Cantabrie, Begoña Gómez del Río, a accusé le gouvernement central d'avoir « boycotté » le point inscrit à l'ordre du jour de la Conférence sectorielle sur l'enfance et l'adolescence pour la répartition des mineurs migrants non accompagnés. (menas) dans le cadre du Plan de réponse à la crise migratoire pour 2024.

Le représentant cantabrique l'a déclaré hier, mardi, après la réunion sectorielle, au cours de laquelle allait être abordé un plan basé sur le « volontariat » des communautés autonomes à accepter les propositions de répartition des « menas » et de financement.

Mais « le gouvernement de Pedro Sánchez entend faire sauter un accord basé sur le principe du volontariat pour imposer aux communautés autonomes l'obligation d'accueillir des mineurs migrants non accompagnés », a dénoncé Gómez del Río, qui a exprimé sa « surprise » lorsqu' »une demi-heure Avant le début de la réunion, l'Exécutif national a « brisé les règles du jeu » en finalisant un accord bilatéral avec les îles Canaries pour « imposer une distribution obligatoire des mineurs migrants aux communautés autonomes ».

« Une nouvelle qui a été apprise à travers un média et qui, par conséquent, arrive sans dialogue, sans tenir compte des circonstances et de l'opinion des communautés autonomes », a déploré le conseiller cantabrique, qui a ainsi censuré « le désordre, le manque de coordination et de chaos » du Gouvernement de la Nation face à une question qui nécessite « la planification et la coordination » des ministères et des régions.

Pour toutes choses, le conseiller cantabrique estime qu'il est nécessaire de convoquer d'urgence une conférence sectorielle au cours de laquelle le contenu de l'accord bilatéral avec les îles Canaries sera discuté et d'autres « questions clés » seront également discutées pour faire face à la crise migratoire aux niveaux national et européen. niveau.

« La Cantabrie a été et soutiendra Ceuta et les îles Canaries » et « acceptera les mineurs qu'elle peut accueillir, mais elle tiendra toujours compte de la capacité et des ressources dont nous disposons dans notre communauté autonome. Parce que quelque chose qui n'est pas la protection adéquate de ces mineurs est négociable », a prévenu Gómez del Río.

A lire également