L'Andalousie augmente ses fonds de 1,7 million pour que les municipalités puissent s'occuper des sans-abri

L'Andalousie augmente ses fonds de 1,7 million pour que les municipalités puissent s'occuper des sans-abri

SÉVILLE, le 22 avril ( E) –

Le Département d'Inclusion Sociale, Jeunesse, Familles et Égalité du Gouvernement d'Andalousie augmente les fonds de 1,7 million afin que les municipalités andalouses puissent acquérir des propriétés, les construire ou réformer les ressources publiques existantes pour offrir des soins résidentiels aux personnes sans abri. Avec cette augmentation des ressources, le programme régional, financé avec des ressources de l'Union européenne (Next GenerationEU), disposera de 11,7 millions d'euros.

C'est ce que rapporte le Journal officiel de la Junta de Andalucía ce lundi, consulté par Europa Press. Cet appel, dans un régime de concurrence concurrentielle, aborde deux domaines. D'une part, et avec l'expansion des crédits, plus de 8,2 millions d'euros sont finalement alloués aux établissements publics d'accueil des sans-abri dans les zones urbaines et plus de 3,4 millions d'euros aux établissements d'accueil des migrants sans abri dans les communes à caractère agricole. activité.

« L'augmentation des fonds n'implique pas l'ouverture d'une nouvelle période pour le dépôt des candidatures, ni pour la publication de la résolution correspondante », ont précisé à Europa Press des sources du ministère Loles López. Avec ces actions, encadrées dans le cadre de l'accord signé par la Junta de Andalucía avec le Ministère des Droits Sociaux et de l'Agenda 2030, « nous nous engageons à la transformation et à l'adaptation des ressources existantes dans les entités locales andalouses pour les personnes sans abri afin de promouvoir leur autonomie et leur désinstitutionnalisation ».

En milieu urbain, les nouvelles installations résidentielles doivent être axées sur les différentes réalités de l'itinérance dans la localité où la ressource est prévue. Ils doivent être orientés vers une attention « personnalisée », la promotion de l'autonomie et le développement d'espaces communautaires. De même, ces ressources doivent garantir l'intimité et l'attention aux situations de vulnérabilité sociale et familiale particulière, et doivent disposer d'un minimum de dix places.

La subvention ne peut pas être utilisée pour la construction et l'équipement d'abris ou de centres d'accueil immédiat, puisque son objectif est de réorienter le système de prise en charge des personnes sans abri pour offrir des soins « axés sur l'autonomie, l'autonomisation, l'intimité et la vie communautaire ».

D'autre part, dans le domaine de l'accueil des migrants sans abri dans les communes à activité agricole, les aides seront utilisées pour l'acquisition de biens immobiliers, la construction, la rénovation et l'équipement de logements alternatifs destinés à loger les travailleurs migrants temporaires, ainsi que les infrastructures destinées à ces derniers. l'élaboration et la mise en œuvre de plans locaux pour l'éradication des établissements informels ou des logements insalubres dans les zones rurales, et doivent disposer d'un minimum de dix places.

Les entités locales qui participent à cette zone doivent prouver qu'elles disposent d'un plan local d'éradication de l'habitat ou de l'engagement de l'adopter, avant le 31 décembre 2024, et qu'il est rattaché aux lignes stratégiques qui auront été approuvées à cette date en termes d'éradication des habitations. Quartiers informels par le ministère de l'Inclusion sociale, de la Jeunesse, de la Famille et de l'Égalité. Tous les projets peuvent être exécutés jusqu'au premier semestre 2026. La subvention peut atteindre 100% du budget accepté, hors TVA. Le montant maximum de la subvention est de 1,5 million d'euros, 100 000 euros étant le montant minimum.

A lire également