Le gouvernement prépare une subvention de 50 millions pour servir les migrants aux îles Canaries

Le gouvernement prépare une subvention de 50 millions pour servir les migrants aux îles Canaries

Le ministre de la Migration, José Luis Escriva, valorise la réponse « agile » aux renvois et nie le manque de coordination

VALVERDE (EL HIERRO), 19 octobre () –

Le ministre de la Migration, de l’Inclusion et de la Sécurité sociale, José Luis Escriva, a annoncé jeudi qu’il était prévu que lors du prochain Conseil des ministres, une subvention de 50 millions soit approuvée pour la communauté autonome des îles Canaries afin de l’aider à prise en charge et accueil des personnes migrantes.

Dans des déclarations aux journalistes après avoir visité l’île d’El Hierro et rencontré le président des îles Canaries, Fernando Clavijo, le président du Cabildo, Alpidio Armas, et les trois maires de Valverde, La Frontera et El Pinar, il a indiqué que le les fonds ont été Ils seront déployés dans le reste de l’année et tout au long de 2024 – un accord similaire a déjà été conclu en 2022 -.

Escriva a souligné qu’il s’agit d’un financement « alternatif » pour aider aux dépenses de nourriture et d’entretien et qu’il peut également être utilisé pour couvrir les frais des mineurs étant donné que les îles Canaries font face à un « défi extraordinaire », avec près de 4 000 personnes placées en famille d’accueil.

Le ministre a souligné que les îles ont déjà traversé une situation « très compliquée » en 2020 et également à la même époque en raison du « calme » en mer, mais maintenant « les chiffres dépassent ceux d’alors », notamment à El Hierro.

Cependant, il a souligné qu’ils sont désormais « mieux préparés » et ont « fait leurs devoirs », au point que « l’engagement » du gouvernement est en train d’être respecté selon lequel « peu importe le nombre de migrants qui arrivent, ils ne dépasseront pas les 6.000 tout au long du territoire ». Les îles Canaries ».

Dans ce sens, il a indiqué que si dans les périodes de faibles arrivées, la durée moyenne d’un migrant sur les îles est de 45 jours, aujourd’hui, « avec 4.000 par semaine, la moyenne est d’une semaine et demie ».

Dans le cas spécifique d’El Hierro, ils ont indiqué vouloir renforcer les infrastructures avec « un niveau et une qualité supérieurs », c’est pourquoi il existe déjà un projet et un budget pour investir environ 9 millions d’euros dans un nouveau centre d’accueil dans le hameau d’Echedo. — Le terrain a été acheté au ministère de la Défense– avec les fonds du plan de résilience car les installations actuelles sont « déplorables ».

UTILISATION PERMANENTE DU MONASTÈRE DE FRONTERA

Concernant le centre de l’ancien monastère de La Frontera, il a indiqué qu’il présente des « possibilités intéressantes » et l’on étudie s’il peut avoir une utilisation « plus permanente », ainsi que l’amélioration et l’optimisation du port de La Restinga.

Il a également déclaré que le système d’orientation des adultes « est très agile » car ils sont « conscients » de ce que cela signifierait « pour la vie quotidienne » à El Hierro s’il n’était pas mis en place. « Nous devons être très rapides pour une population de 10 000 habitants et avec les capacités dont elle dispose. »

Le ministre a également apprécié le « travail extraordinaire » de toutes les ressources qui interviennent dans l’accueil des migrants comme le Secours Maritime, la Croix Rouge, la Protection Civile, le réseau de volontaires ou les corps et forces de Sécurité de l’Etat ainsi que la « coordination maximale ». entre les administrations.

Dans ce sens, il a dit que la réunion de jeudi a été un « exemple » d' »échange d’informations et d’attitude coopérative » et a ouvert la porte pour que les installations, lorsque les moments « d’urgence » passent, puissent être consacrées à d’autres.  » utilisations alternatives ».

« Le président l’a soulevé, c’est tout à fait logique, nous avons pris l’engagement que ces installations interagissent avec les administrations et que ce projet d’utilisation commune avance », a-t-il commenté.

DEMANDEZ PLUS DE SOLIDARITÉ À LA CCAA

Escriva a également demandé plus de solidarité de la part des communautés autonomes pour accueillir les mineurs migrants, étant donné qu’un « très petit nombre », moins de 400, a été convenu lors de la dernière Conférence des enfants.

Ha puesto como ejemplo que Madrid aceptó 30 plazas con una población de 8 millones de habitantes y pese a que los fondos son estatales, por lo que hay que « exigir un esfuerzo muchísimo mayor » y evitar « confrontaciones de insolidaridad » porque « después pasa lo que se passe-t-il ».

Cependant, il a admis que les îles Canaries « ont une situation très difficile » en raison de l’arrivée notable de migrants au point qu’ils ont demandé des « changements d’usage » dans les Casas del Mar pour pouvoir les utiliser comme installations d’accueil.

« Nous ferons tout ce que nous pouvons », a-t-il déclaré, soulignant que si l’Espagne fait une proposition au niveau européen « pour qu’il y ait des quotas », comment ne va-t-elle pas la défendre au niveau national, tout en étant favorable d’apporter des modifications juridiques.

Malgré les critiques du gouvernement des Canaries concernant l’absence d’un « commandement unique » pour l’immigration, celui-ci a indiqué que la gestion est « multidisciplinaire » et relève du ministère de la Présidence. « Nous sommes coordonnés, avant le dernier Conseil des ministres, sept ministres se sont réunis et maintenant je vais vous transmettre les besoins qui m’ont été présentés ici », a-t-il ajouté.

A lire également