Les gouvernements central et canarien conviennent de modifier la loi sur l'immigration pour répartir les mineurs migrants entre les LACC

Les gouvernements central et canarien conviennent de modifier la loi sur l’immigration pour répartir les mineurs migrants entre les LACC

MADRID, le 14 mars () –

Ce jeudi, les gouvernements central et canarien sont parvenus à un accord de principe pour modifier l’article 35 de la loi sur l’immigration et ainsi faciliter et rendre obligatoire la répartition des mineurs migrants entre toutes les communautés autonomes.

L’accord a eu lieu au cours d’une réunion technique entre les deux dirigeants, à laquelle ont participé le ministre, Ángel Víctor Torres, en tant que président de la Commission interministérielle de migration, le président des îles Canaries, Fernando Clavijo, et le député national de la Coalition canarienne (CC). Cristina Valido.

Dans une déclaration envoyée aux médias, Torres a demandé l’implication de tous les partis politiques car, « de toute façon, cette modification doit être approuvée par le Congrès et doit faire l’objet du plus grand consensus possible ».

Clavijo, pour sa part, considère « positifs » les progrès réalisés dans la négociation avec l’État et a indiqué qu’il a été convenu de continuer à travailler pour clôturer une proposition réglementaire définitive dans un délai d’environ dix jours, puisqu’il y a unanimité au sein du il est nécessaire que la modification législative entre en vigueur « le plus tôt possible ».

Il a souligné la « conscience » du gouvernement central « de la nécessité de résoudre ce problème, qui est important et doit être valorisé, car il n’y a jamais eu une telle volonté auparavant », et il espère maintenant que cela sera fait « rapidement et rapidement » pour garantir les droits des filles et des garçons qui arrivent sur les côtes des îles.

Dans ce sens, il a déclaré qu’il restait à finaliser le texte final où seront établis les « critères de répartition » et les « quotas » par communauté autonome et à partir de là, on chercherait « l’outil le plus rapide et le plus sûr juridiquement » et le soutien de la différents groupes politiques.

Les équipes poursuivront dans un proche avenir leur agenda de réunions techniques comme celle qui s’est tenue ce vendredi, à laquelle ont participé le ministère de l’Inclusion, de la Sécurité sociale et des Migrations ; celui de la jeunesse et de l’enfance et celui de la politique territoriale et de la mémoire démocratique.

Ainsi, il est prévu que la semaine prochaine, conformément à l’avancée du texte réglementaire, soit convoquée la Commission interministérielle des migrations, a rapporté le ministère de la Politique territoriale.

Des sources du Ministère de la Jeunesse et de l’Enfance assurent à Europa Press que ce département continue de travailler en coordination avec les communautés et villes autonomes de Ceuta et Melilla pour « renforcer et rationaliser » le modèle de gestion des contingences migratoires pour les enfants et adolescents migrants.

De même, ils avancent que la Commission sectorielle pour la jeunesse et l’enfance approuvera jeudi prochain un poste de 25 millions d’euros pour la répartition des enfants et adolescents migrants des îles Canaries.

A lire également