Patxi López affirme que l'ILP pour régulariser les migrants "a besoin de temps" et que cela ne peut pas être fait par "bonne nature"

Patxi López affirme que l'ILP pour régulariser les migrants « a besoin de temps » et que cela ne peut pas être fait par « bonne nature »

MADRID, le 25 juin () –

Le porte-parole du Groupe Parlementaire Socialiste au Congrès des Députés, Patxi López, a souligné mardi que l'Initiative Législative Populaire (ILP) pour régulariser extraordinairement plus de 500.000 migrants « a besoin de temps » et qu'elle ne peut pas être faite par « bonté ».

« Cela ne peut pas se faire pour de bonnes raisons, cela doit se faire en étudiant bien les choses et nous utilisons ce temps pendant lequel nous avons demandé une prolongation du délai de dépôt des amendements pour bien étudier la proposition et pouvoir commencer à préparer ce que nos amendements le sera », a-t-il assuré lors d'une conférence de presse au Congrès des députés.

Justement, ce mardi, le Conseil du Congrès a prolongé jusqu'en septembre prochain le délai pour les amendements à l'ILP, ce qui signifie que son traitement reste paralysé malgré les plaintes de Sumar, de l'ERC et d'autres alliés du gouvernement.

De même, López a souligné qu'il s'agit d'une question « très complexe » qui « exige du temps ». En ce sens, il a indiqué qu'il est nécessaire de détecter où se trouvent « les défauts », qui, selon lui, devront « sûrement » être corrigés, pour atteindre un objectif « solide » et « partagé » concernant le traitement de l'immigration dans Espagne.

Cet ILP, soutenu par 700 000 signatures, a atteint le Congrès lors de la dernière législature et a été qualifié par le Congressional Board le 14 décembre 2021. En avril de cette année, il a été pris en considération par la séance plénière, avec le soutien de 90 % de la chambre, et le 13 juin, il a surmonté un autre débat approfondi en rejetant un texte alternatif de Vox.

La semaine dernière, Esquerra Republicana a présenté une lettre demandant qu'il n'y ait plus de prolongation du délai de dépôt des amendements, assurant qu'il ne sera pas « permis » que cette initiative populaire « tombe dans le tiroir oublié du processus parlementaire ». « Compte tenu de la multiplication des discours de haine de l'extrême droite contre les migrants qui vivent et travaillent déjà dans notre pays, nous ne pouvons pas permettre que cette initiative populaire tombe une fois de plus dans les tiroirs oubliés du processus parlementaire », a-t-il souligné.

Mais leur appel est tombé dans l’oreille d’un sourd puisque tant le PSOE que le PP ont demandé une nouvelle prolongation que le Conseil du Congrès a accepté mardi avec les votes des deux partis. Et comme la période régulière de sessions se termine le 30 juin, le nouveau délai est fixé à deux mois, déjà en septembre.

Pour sa part, le député de Sumar Gerardo Pisarello, qui fait partie du Conseil du Congrès, a expliqué ce mardi qu'il avait demandé ce mardi au PSOE à la Chambre basse de ne pas prolonger davantage le délai pour les amendements à cet ILP et que le  » ouvrir. »

A lire également