Sancho (PSOE) s'engage pour une Europe "qui facilite l'arrivée des travailleurs migrants et leur pleine intégration"

Sancho (PSOE) s'engage pour une Europe « qui facilite l'arrivée des travailleurs migrants et leur pleine intégration »

PAMPELUNE, le 3 juin () –

La candidate navarraise du PSOE au Parlement européen, Elena Sancho, a déclaré qu'une « Union européenne forte, unie, cohérente et de justice sociale, qui facilite l'arrivée des travailleurs migrants et leur pleine intégration dans nos sociétés » est « indispensable ».

Lors d'une manifestation électorale organisée ce lundi à Pampelune, devant le Parlement de Navarre, Sancho a souligné que « l'un des défis auxquels nous sommes confrontés dans l'Union européenne est de rechercher la migration légale comme le meilleur instrument pour lutter contre l'immigration irrégulière, un migration positive et nécessaire.

Sancho a ajouté que « la tiédeur du Parti populaire envers ceux qui veulent défaire le projet européen est pathétique » et que « le silence de la droite face aux messages pleins de haine, de xénophobie et même de violence de l'extrême droite est alarmant ». « 

Après avoir souligné que « nous ne pouvons pas consentir aux déclarations et menaces racistes » du leader de Vox, Santiago Abascal, il a critiqué « le silence complice du PP, plus complice aujourd'hui que jamais, qui reflète son consentement à des comportements misérables comme celui que nous avons vivre ces jours-ci « .

« Mais devant ses murs, notre coexistence. Devant ses ciseaux et ses tronçonneuses, notre justice sociale. Et devant son intolérance, nos droits », a-t-il souligné.

Selon lui, « les discours xénophobes et racistes du PP et de l'extrême droite nous montrent qu'il n'y a pas de bonne et de mauvaise extrême droite, comme on veut nous le faire croire ». « Nous ne considérons pas que les modèles xénophobes, homophobes, contraires aux droits et libertés qu'il nous a coûté tant de construire, soient bons en tout cas », a-t-il déclaré.

Selon Sancho, « pendant qu'ils parlent d'occupation et d'invasions, nous assumons le défi qui nous attend, à savoir la politique étrangère ». « Le PP insiste sur le fait que ce sont les États de l'Union européenne qui doivent décider quelle immigration peut être absorbée en fonction de leurs intérêts et de leurs besoins. Mais nous vivons déjà ce modèle depuis des années dans notre pays et il ne nous a apporté qu'une migration incontrôlée, précaire et des travailleurs illégaux et des atteintes aux droits de l'homme. Et en cela, les socialistes seront toujours devant nous », a-t-il affirmé.

Sancho a défendu que « les politiques d'immigration et d'asile de l'Union européenne doivent être complétées par l'articulation de flux d'immigration réguliers et de politiques d'intégration dans les sociétés d'accueil, notamment par l'éducation et la sensibilisation des citoyens ».

« Certains voient la politique étrangère comme un point de confrontation, de conflit et d'obtention d'une main d'œuvre bon marché. Les socialistes nous feront travailler sur la politique étrangère dans la paix, dans le respect et dans la possibilité de résoudre les problèmes démographiques sans laisser personne de côté », a-t-il commenté.

Après avoir ajouté qu' »on nous traite de gauchers comme si c'était un terme péjoratif », il a affirmé que « nous sommes fiers d'être gauchers, d'être de gauche ». « Le 9 juin prochain, nous démontrerons de manière démocratique comment sont faits des murs de soutènement pour ceux qui veulent briser l'Europe de l'intérieur. Ce 9 juin, le Parti socialiste va gagner les élections européennes », a-t-il déclaré.

A lire également