veut les empêcher d'obtenir des papiers et les expulser

veut les empêcher d'obtenir des papiers et les expulser

MADRID, le 23 mai. (E) –

Le groupe parlementaire Vox a enregistré au Congrès des députés un amendement complet avec un texte alternatif à l'Initiative Législative Populaire (ILP) sur la régularisation des migrants pour les empêcher d'obtenir des papiers et forcer leur expulsion.

Il s'agit d'un amendement complet avec texte alternatif, puisque, étant une ILP déjà admise par la plénière du 9 avril, le parti dirigé par Santiago Abascal ne pouvait plus se limiter à demander le retour du texte.

Ainsi, Vox veut empêcher les migrants entrés illégalement sur le territoire espagnol d'obtenir des papiers. « Les étrangers entrés illégalement sur le territoire espagnol ne pourront en aucun cas faire l'objet d'une régularisation », souligne-t-il dans le texte qu'il propose.

De même, il propose l'expulsion « obligatoire et non facultative » de tous les migrants entrés illégalement en Espagne. De plus, il souhaite également qu'ils soient expulsés lorsqu'ils adoptent des comportements qualifiés de graves ou très graves.

Dans le même esprit, la formation propose de réformer la loi sur l'immigration et de procéder à l'expulsion des étrangers « légaux » qui commettent des délits, même s'ils sont punis d'une peine privative de liberté inférieure à un an, et sans possibilité d'annulation de casier judiciaire dispense de ladite expulsion. En ce sens, il précise que cela constituera un motif d'expulsion si l'étranger a été condamné à l'intérieur ou à l'extérieur de l'Espagne pour une conduite malveillante qui constitue un délit. Si la condamnation a été prononcée hors d'Espagne, l'expulsion sera effectuée avec le traitement préalable du dossier correspondant.

Il souligne en outre que l'expulsion « entraînera une interdiction d'entrée sur le territoire espagnol ». Ainsi, la durée de l'interdiction sera déterminée en tenant compte des circonstances propres à chaque cas et sa validité sera déterminée par l'autorité compétente.

PERTE DE LA NATIONALITÉ ESPAGNOLE S'ILS COMMETENT DES CRIMES

De même, Vox souhaite que le Code pénal soit modifié et que ceux qui ne sont pas d'origine espagnole et qui ont commis des délits soient passibles d'une peine d'emprisonnement égale ou supérieure à quatre ans, ou égale ou supérieure à un an en cas de récidive. « L'étranger naturalisé en Espagne qui est condamné, pour la commission d'un délit, à une peine privative de liberté égale ou supérieure à quatre ans (ou égale ou supérieure à un an, s'il s'agit d'un récidiviste), sera condamné « , en plus de la sanction qui lui est infligée, à la perte de la nationalité espagnole », explique-t-il.

Enfin, il souhaite que la loi sur la coopération pour le développement durable et la solidarité mondiale soit réformée, dans le but que la collaboration dans la lutte contre l'immigration illégale soit une « condition nécessaire » pour que les autres nations puissent bénéficier de l'aide au développement de l'Espagne.

L'ILP a été admise pour examen le 9 avril au Congrès des députés, avec 310 voix pour et 33 contre Vox. L'approbation implique le lancement du processus parlementaire du texte, qui pourrait être modifié grâce aux amendements présentés par les groupes parlementaires, qui avaient jusqu'à ce mercredi pour les présenter. En tout cas, Vox a été le seul à amender l'initiative.

Concrètement, jusqu'à 800 ONG se sont réunies dans le projet « Esenciales » pour exiger la régularisation extraordinaire des étrangers en situation administrative irrégulière qui résidaient en Espagne avant le 1er novembre 2021.

A lire également