Alhendín (Grenade) approuve pleinement l'arrêt de toute intervention sur la base aérienne face à un éventuel centre de migrants

Alhendín (Grenade) approuve pleinement l'arrêt de toute intervention sur la base aérienne face à un éventuel centre de migrants

ALHENDÍN (GRENADE), 4 avril. (E) –

La séance plénière du Conseil municipal d'Alhendín (Grenade) a approuvé ce jeudi, avec le soutien du gouvernement local du PP et du groupe municipal de Vox et l'abstention du PSOE, de paralyser toute intervention promue sur le territoire de la zone municipale incluse dans la Base Aérienne, où l'entreprise Tragsa a notifié le début des travaux pour développer un camp de soins pour les migrants arrivant sur la côte espagnole.

Le maire d'Alhendín, Francisco Rodríguez, a exprimé l'opinion que l'intervention qui devrait être réalisée dans cette zone de la zone municipale est une « attaque » contre la réglementation urbanistique et qu'elle doit être stoppée « légalement ». « . En effet, lors de la séance, il a été convenu de suspendre tout acte promu par l'Administration de l'État dans ce domaine concernant le « début des travaux d'urgence » et le maire est habilité à entreprendre des actions judiciaires administratives et/ou pénales pertinentes pour la défense de les intérêts du conseil municipal.

La Corporation Municipale s'est réunie de manière extraordinaire deux jours après la notification reçue par la Mairie par l'intermédiaire du registre municipal par l'entreprise en deux phases, la première pour l'adaptation du terrain et la seconde pour un camp de 1.200 personnes à l'attention des migrants.

De cette manière, la séance plénière a exprimé son désaccord avec les actes que l'Administration de l'État entend promouvoir et ceux mentionnés dans la communication et le début des travaux d'urgence présentés par Tragsa, car ces actes sont « non conformes » au plan d'urbanisme. en vigueur, tel que rapporté par l'Architecte Technique Municipal.

Ce document précise que les terrains sur lesquels il est prévu d'agir, selon la communication reçue, « sont de nature rustique, ne disposant pas d'un instrument d'urbanisme qui permettrait des travaux, des dotations ou des implantations ».

Par ailleurs, il est entendu que la communication reçue « n'est pas conforme à la procédure établie », puisque le projet des actes promus par l'Administration de l'Etat n'a pas été envoyé au Consistoire, comme l'indique le projet d'accord approuvé par la séance plénière.

De même, la suspension de tout acte promu par l'Administration de l'État dans ce complot a été convenue concernant le « début des travaux d'urgence » et le maire, Francisco Rodríguez, est habilité à entreprendre les actions judiciaires administratives et/ou pénales pertinentes pour la défense de les intérêts du conseil municipal.

Cet accord plénier sera envoyé au Conseil de Gouvernement local de la Mairie aux fins de ratification et de validation, ainsi que pour notification à l'entreprise Tragsa et au Ministère de l'Inclusion, de la Sécurité Sociale et de la Migration, en tant que promoteur du projet.

« RUTOVER »

Le maire d'Alhendín, Francisco Rodríguez, a exprimé l'opinion que l'intervention qui devrait être réalisée dans cette zone de la zone municipale est une « attaque » contre la réglementation urbanistique et qu'elle doit être stoppée « légalement ». « .

« Lors de la réalisation d'un ouvrage, tout voisin doit fournir un projet, demander une autorisation et payer des frais et, s'il s'agit également d'un terrain rural, il doit présenter un plan spécial ou un projet d'action, qui doit être supervisé par la Junte. de Andalucía. et approuver la séance plénière municipale. Eh bien, le gouvernement de Pedro Sánchez a ignoré tout cela et avec un ton déloyal », a déclaré le maire.

Rodríguez a souligné que le gouvernement local a le soutien de « tous les voisins », non seulement parce qu'il « viole les règles d'urbanisme », mais parce que ce que le gouvernement espagnol entend faire « n'est pas l'endroit idéal » pour le développer.

Le maire a rappelé aux habitants qu'ils ont leur Mairie « main dans la main » et qu'ils feront « l'impossible » pour paralyser ce projet car ils ne se trouvent pas sur les terrains autorisés, rappelant que les travaux proposés « surdimensionnent » le budget municipal. zone d'Alhendín et qu'il n'est pas disposé « à accepter de quelque manière que ce soit ».

Rodríguez a regretté le manque de loyauté de la part du gouvernement espagnol en général et du subdélégué du gouvernement, José Antonio Montilla, en particulier ; de transférer ce projet dont il avait connaissance officielle il y a seulement deux jours pour réaliser des « travaux d'urgence ».

« Nous allons suivre toutes les étapes que nous ont indiquées les techniciens municipaux, car les travaux violent tout type de légalité urbanistique », a déclaré le conseiller municipal, qui a regretté que le PSOE n'ait pas soutenu le projet d'accord porté à l'assemblée municipale extraordinaire. séance plénière ce jeudi.

A lire également