La qualité de l'emploi devient le quatrième problème de l'Espagne dans une CEI où les inquiétudes concernant l'immigration et la sécheresse augmentent

La qualité de l’emploi devient le quatrième problème de l’Espagne dans une CEI où les inquiétudes concernant l’immigration et la sécheresse augmentent

La crise économique, les problèmes politiques et le chômage restent en tête des préoccupations

MADRID, 12 ( E)

El Barómetro de Opinión del Centro de Investigaciones Sociológicas (CIS) del mes de febrero refleja un incremento de la preocupación por la calidad el empleo, que se coloca como cuarto problema de España, y muestra un aumento de la inquietud tanto por la inmigración como por sécheresse.

En tête de liste des problèmes, la crise économique se répète (27,4%) – mais avec près de dix points de moins qu’en janvier – suivie par les problèmes politiques et le chômage, qui ex æquo avec 22,3%, ce qui rapproche la qualité de l’emploi. au podium.

Concrètement, la mauvaise qualité de l’emploi atteint 13,9%, en hausse de 2,6 points par rapport au baromètre de janvier, mais elle est encore loin de son maximum historique, les 16% atteints en juin de l’année dernière, lorsqu’elle occupait également la quatrième place.

LE GOUVERNEMENT ET LES PARTIS

En février, les mentions du gouvernement et des partis ainsi que le mauvais comportement des hommes politiques ont diminué, bien qu’ils continuent de faire partie des « cinq principaux problèmes », avec des pourcentages de 12,8 et 12,1 respectivement.

De son côté, l’immigration grimpe de la huitième à la sixième position, en hausse de 2,3 points en un mois, en hausse de 11,9%. Viennent ensuite la santé (10,2%), l’éducation (9,5%) et les problèmes sociaux (8,1%), tandis que le logement est le dixième problème (7,9%), en hausse de six dixièmes et deux places par rapport à janvier.

Suite à la déclaration d’urgence due à la sécheresse en Catalogne et au manque de pluie dans la majeure partie du pays, les mentions de problèmes liés à l’eau ont augmenté de 3,5 points, jusqu’à 7,5%, dépassant le maximum de 7,1% qu’elles avaient atteint. mai dernier. Passe de la dix-huitième à la onzième place. Et les mentions du changement climatique augmentent également, même si dans leur cas seulement un point, qui apparaît en douzième place, avec 7,4 %.

L’indépendance de la Catalogne apparaît en dessous de 3%, même si elle marque 1,4 points de plus que le mois précédent et les mentions spécifiques de la loi d’amnistie, qui passent de 2,3% en janvier à 1,8% en février.

Dans la liste des problèmes qui touchent le plus personnellement les personnes interrogées par le CIS, la crise économique arrive en tête (33,6%), suivie par la santé (17,7%). Et, comme dans la liste des problèmes nationaux, la troisième place revient également à la qualité de l’emploi, avec 14,1% des mentions. Viennent ensuite le chômage (12,1%) et les préoccupations personnelles (10,2%) et le logement en sixième position avec 10%.

24 % PASSENT UNE MAUVAISE TEMPS ÉCONOMIQUE

En outre, entre janvier et février, ceux qui déclarent que leur situation économique personnelle est mauvaise ou très mauvaise ont augmenté de près de deux points, passant de 22,5% le premier mois de l’année à 24,2% aujourd’hui. A l’autre extrême, 63,4% le jugent « bon ou très bon », contre 65% dans le baromètre précédent.

Concernant l’économie du pays, ils sont désormais moins nombreux à la définir de manière positive, 28,6% contre 33,1% qui la voyaient ainsi en janvier. En revanche, elle est mauvaise ou très mauvaise pour 51,2%, soit six points de moins qu’il y a un mois.

A lire également