Le Cabildo d'El Hierro réclame un sommet européen sur l'île avec Von der Leyen pour analyser le rebond migratoire

Le Cabildo d’El Hierro réclame un sommet européen sur l’île avec Von der Leyen pour analyser le rebond migratoire

VALVERDE (EL HIERRO), 5 octobre () –

La séance plénière du Hierro Cabildo a approuvé à l’unanimité ce jeudi une déclaration institutionnelle dans laquelle elle demande un sommet international sur l’île pour analyser la poussée migratoire que subit l’île, avec l’arrivée de plus de 3.000 migrants irréguliers depuis août dernier.

Selon la demande de la société Herreña, la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, le ministre de la Migration, José Luis Escriva, et le président des îles Canaries, Fernando Clavijo, participeraient à ce sommet pour chercher ensemble des solutions communes. avec le Cabildo. , les trois mairies de l’île et les ONG.

Le Cabildo exige des mesures concrètes liées aux infrastructures d’accueil, aux soins de santé, à la sécurité, à la détention, aux soins humanitaires et à l’augmentation des ressources humaines et demande également que soit approuvé un protocole d’action auquel participent les institutions locales et la société d’El Hierro.

De même, il demande qu’en cas de « situations de pointe », comme celle connue depuis le début de l’été, des mesures « extraordinaires et urgentes » soient adoptées pour concilier l’assistance humanitaire aux immigrés avec la fourniture de services essentiels à la population d’El Salvador. Hierro, en particulier la santé et les services sociaux.

La société souligne que les ressources matérielles et humaines dont dispose l’île pour l’accueil, l’identification, les soins de santé et les soins humanitaires « sont totalement insuffisantes » et que les institutions publiques « ont été dépassées par la situation ».

Pour cette raison, il a déjà demandé mardi dernier d’exhorter le gouvernement central à utiliser la caserne de La Caleta, à renforcer les ressources matérielles et humaines en faveur de la Croix Rouge, de la Protection Civile, de la Garde Civile, de la Police Nationale et de Salvamar, ainsi qu’à prendre chargé de gérer avec diligence les déchets provenant de l’arrivée des canoës dans les ports des îles, notamment La Restinga.

« Les habitants d’El Hierro, bien qu’ils soient un peuple solidaire et empathique qui sait de première main ce que signifie l’émigration, ne sont pas préparés, ni par la région, ni par la population, ni par les moyens, à gérer un tel nombre de migrants », dit-il. … la déclaration institutionnelle.

PROTOCOLISER LES DÉRIVÉES

Dans ce sens, et bien qu’il comprenne que le gouvernement central devrait aborder la construction d’infrastructures d’hébergement par des moyens d’urgence, il assure que ce qui doit être « protocolisé », ce sont les références, « qui doivent être faites immédiatement vers d’autres îles avec une plus grande capacité ».  » , garantissant la dignité et les droits de l’homme ».

Ce n’est pas pour rien qu’il prévient que, selon les données manipulées par les services de sécurité de l’État, de l’Immigration et des ONG, nous sommes confrontés au « début d’un exode massif de migrants » depuis les côtes africaines, principalement depuis les ports du Sénégal, en direction de les îles Canaries.

« Des milliers de personnes en Afrique espèrent désespérément embarquer à la recherche d’un avenir meilleur. C’est pourquoi la crise des migrations et même des réfugiés, loin de diminuer, va s’accentuer dans les semaines et les mois à venir. Notre île continuera d’être la destination de nombreux fuir leurs terres et nous devons nous y préparer », prévient la société.

A lire également