Le Consell approuve la demande adressée à la Délégation Gouvernementale et au Felib de coordonner un contrôle pour détecter l'immigration clandestine

Le Consell approuve la demande adressée à la Délégation Gouvernementale et au Felib de coordonner un contrôle pour détecter l'immigration clandestine

PALMA, le 13 juin. ( ) –

La séance plénière du Consell de Majorque a approuvé un point d'une motion de Vox qui exhorte la Délégation Gouvernementale et la Fédération des Entités Locales des Îles Baléares (Felib) à coordonner un contrôle pour détecter d'éventuels cas d'immigration clandestine.

Concrètement, ceux de Santiago Abascal proposent d'exiger que les deux administrations maintiennent à jour le registre municipal afin que les données qu'il contient concordent avec la réalité, en effectuant des inspections périodiques pour vérifier la véracité des informations fournies dans les registres d'enregistrement et détecter d'éventuels cas d'immigration clandestine. Ce point a été approuvé avec les votes favorables du PP et de Vox.

Comme l'a défendu Montserrat Amat, conseiller de Vox, les groupes d'opposition « tentent de mettre Vox dans le sac du racisme ». Ainsi, il a insisté sur le fait que l’enregistrement illégal est un acte illégal qui doit être atténué. « Voter contre est absolument irresponsable », a-t-il ajouté, soulignant qu'il faut éviter « l'enregistrement massif dont souffrent les municipalités et qui est un moyen de piller les services publics ».

Pour sa part, l'édile 'populaire' Bernat Vallori a justifié que voter en faveur du premier point est « conforme à la loi », puisque cette question est incluse dans l'article 17.2 de la Loi Bases du Régime Local.

Cependant, la séance plénière a rejeté – avec 26 voix contre de tous les groupes à l'exception de Vox – deux points de la motion visant à exhorter la délégation gouvernementale, en coordination avec Felib, à établir des canaux de signalement anonymes afin que les citoyens puissent signaler d'éventuels cas d'enregistrement illégal, et demander au gouvernement de modifier les réglementations nécessaires afin que les immigrants en situation irrégulière ne puissent pas s'enregistrer.

La conseillère d'El PI, Magadalena Vives, a estimé que lier l'immigration clandestine à l'augmentation de la violence « n'est ni juste ni acceptable ». Il a en outre souligné que Felib ne pouvait pas influencer ce dossier et a exclu de « le charger de plus de travail ».

Dans ce sens, la conseillère du MÉS de Majorque Rosa Cursach a fait référence à la Déclaration universelle des droits de l'homme, regrettant que Vox « se moque » de ces droits. « Arrêtez de présenter des motions fondées sur des mensonges, dont les seuls fondements sont le racisme et la xénophobie, qui sont l'ADN de votre formation », a-t-il déclaré.

« Prêcher la haine et stigmatiser est du fascisme », a critiqué la conseillère socialiste Juana María Adrover, critiquant que ceux de Santiago Abascal « associent la haine au mot étranger et criminalisent le groupe immigré ».

A lire également