Le gouvernement basque prétend « humaniser à nouveau le traitement des migrants »

Le gouvernement basque prétend « humaniser à nouveau le traitement des migrants »

BILBAO, 1er septembre () –

La ministre de l’Égalité, de la Justice et des Politiques sociales du Gouvernement basque, Nerea Melgosa, et le directeur de Migration et Asile, Xabier Legarreta, ont visité ce vendredi avec Zaporeak les locaux de l’ONGD Quand nous nous unissons, dans le cadre du voyage qu’ils se rendent à Lesbos et dans lequel ils ont souligné la nécessité de « réhumaniser le traitement des migrants ».

La délégation basque se trouve depuis mercredi dernier sur l’île grecque de Lesbos pour s’informer du travail que l’ONG basque Zaporeak réalise dans l’assistance aux réfugiés et demandeurs d’asile qui se trouvent dans le camp de Kara Tepe II.

En ce troisième jour, Melgosa et Legarreta, accompagnées de Zaporeak, ont visité les locaux de l’ONGD When We Band Together, spécialisée dans l’accueil des femmes et des mineurs résidant dans le camp.

« Ils nous ont expliqué que ce qu’ils essayaient de faire, c’était d’offrir des espaces sûrs et anti-stress à ces personnes vivant à la campagne, où la sécurité de la coexistence est parfois compromise », a déclaré la conseillère Nerea Melgosa.

Comme l’a rapporté le Gouvernement Basque, la délégation d’Euskadi s’est entretenue avec les usagers et a manifesté sa solidarité dans « des moments vraiment difficiles ». « Nous devons réitérer qu’il est nécessaire d’humaniser à nouveau le traitement des migrants, comme nous l’a enseigné le Vieux Continent », a ajouté Xabier Legarreta.

La délégation basque s’est ensuite rendue aux cuisines de Zaporeak, où elle a contribué à la préparation des 2 200 portions de salade de pois chiches chaque jour.

Nerea Melgosa « n’a pas hésité à revêtir le tablier Zaporeak et à participer comme autre volontaire » à la préparation des rations et, avec elle, avec son t-shirt Zaporeak, Xabier Legarreta a participé à la préparation et à l’assiette des plats qui Ils seront distribués aux réfugiés et aux organisations environnantes qui travaillent avec eux.

Par la suite, tous deux se sont rendus au camp pour livrer la nourriture. La journée s’est terminée par un repas dans les cuisines Zaporeak.

A lire également