Le Sénat débattra lundi de l'opportunité d'autoriser le transfert de mineurs migrants non accompagnés entre les îles Canaries et le Pays basque

Le Sénat débattra lundi de l’opportunité d’autoriser le transfert de mineurs migrants non accompagnés entre les îles Canaries et le Pays basque

MADRID, 3 novembre ( ) –

La Commission générale des communautés autonomes du Sénat débattra lundi de l’opportunité d’autoriser ou non l’accord signé par les îles Canaries et le Pays basque pour le transfert de 18 garçons, filles et adolescents migrants non accompagnés entre les deux administrations, après que Vox a demandé le La Chambre haute doit se prononcer sur l’accord, estimant qu’il affecte « les pouvoirs exclusifs de l’État ».

La sénatrice de Vox, Paloma Gómez Enríquez, a proposé que le Sénat ait le dernier mot sur l’accord signé entre les deux communautés autonomes et que son traitement passe par la Chambre haute elle-même et, le cas échéant, également par le Congrès. De cette manière, ce seraient les Cortes Générales qui décideraient si le pacte nécessite ou non une autorisation.

Dans l’exposé des motifs, les habitants de Santiago Abascal ont soutenu que les régions peuvent conclure des accords avec d’autres communautés pour la gestion et la fourniture de services qui correspondent « à des matières de leur compétence exclusive », mais que « la nationalité, l’immigration, l’émigration, les étrangers et droit d’asile » relèvent du pouvoir de l’État.

« Le transfert de mineurs migrants non accompagnés entre les deux régions susmentionnées affecte les compétences exclusives de l’État (…) Par conséquent, il faut réitérer la demande que les Chambres des Cortes Générales évaluent la nécessité d’autoriser l’accord en question », lit-on le texte présenté par Vox et qui sera voté lundi 6 novembre prochain.

Les Îles Canaries et le Pays Basque s’étaient mis d’accord sur le transfert de mineurs migrants en situation d’abandon et sans membres de la famille capables de prendre soin d’eux, comme une manière de faire face à la « contingence migratoire » que connaît l’archipel. Concrètement, il avait été convenu d’emmener quatre mineurs dans la province d’Alava, sept à Biscaye et sept autres à Guipúzcoa.

Le Sénat, en sa qualité de chambre territoriale, a le pouvoir d’autoriser ou non les accords conclus par deux ou plusieurs communautés autonomes, à condition qu’ils soient proposés par un groupe parlementaire. Si aucune proposition n’est présentée, l’accord est directement soumis à la plénière et il n’est pas nécessaire de décider si une autorisation est requise ou non.

A lire également