Les îles Canaries et l'État se donnent un délai de dix jours pour rédiger les modifications qu'ils proposent à la loi sur l'immigration.

Les îles Canaries et l’État se donnent un délai de dix jours pour rédiger les modifications qu’ils proposent à la loi sur l’immigration.

Pour qu’il y ait une répartition des mineurs migrants

LAS PALMAS DE GRAN CANARIA, 15 mars () –

Le président des îles Canaries, Fernando Clavijo, a indiqué que la Communauté autonome et le gouvernement espagnol se sont donnés un délai de huit à dix jours pour rédiger les modifications qu’ils proposent à la loi sur l’immigration pour une répartition des quelque 4.500 migrants. les mineurs non accompagnés qui gardent seuls l’archipel.

« Nous nous sommes mis d’accord sur la fin hier et c’est une bonne nouvelle. Le texte législatif doit maintenant être rédigé par les équipes des services juridiques des ministères et du gouvernement des îles Canaries. Nous nous sommes donnés huit ou dix jours pour ensuite parvenir à des accords politiques. « , a-t-il déclaré à propos d’une réunion technique qui a eu lieu ce jeudi à Madrid.

Dans des déclarations aux médias, le président a considéré comme positif que l’Administration générale de l’État, « pour la première fois et il faut le reconnaître », soit disposée à modifier la loi sur l’immigration, indiquant qu’on cherche un mécanisme agile pour le répartition des mineurs.

Clavijo a compris qu’il ne pouvait pas être possible qu’à chaque fois qu’un mineur arrive dans un bateau et qu’il soit hors quota, il soit nécessaire de tenir une réunion intersectorielle.

« Il s’agit – a-t-il ajouté – de fixer des quotas et un certain nombre de ressources dont chaque territoire doit disposer pour pouvoir prodiguer des soins dignes à ces mineurs afin qu’une fois la saturation atteinte – 10% de capacité en plus – – l’État doive automatiquement distribuez-le dans les 72 heures.

A lire également