L'Estrémadure accueille 30 mineurs migrants mais les accuse de "l'imposition" du gouvernement central

L'Estrémadure accueille 30 mineurs migrants mais les accuse de « l'imposition » du gouvernement central

SANTA CRUZ DE TENERIFE, 10 juillet ( ) –

La ministre de la Santé et des Services sociaux du gouvernement d'Estrémadure, Sara García, a confirmé mercredi que sa communauté autonome accueillera 30 mineurs migrants non accompagnés dans le cadre du quota de solidarité 2024, bien qu'elle ait accusé le gouvernement central de son « imposition ».

Dans des déclarations aux journalistes à la fin de la réunion de la Conférence sectorielle sur l'enfance et la famille, il a demandé aux ministres Sira Rego et Ángel Víctor Torres d'être « cohérents » et de ne pas dire en public que la responsabilité de la réforme de la loi de L'immigration est celle des communautés et du secteur privé qui ne sont pas compétents.

García a souligné qu'il y a une « tragédie humanitaire » et c'est pour cela que l'Estrémadure est « solidaire » et ne peut pas assister « impassiblement », mais rejette une distribution « imposée ». « Nous sommes favorables au dialogue et au consensus, jamais à l'imposition ou à la singularité », a-t-il expliqué.

En outre, il a demandé au gouvernement des « responsabilités » en termes de politique d'immigration efficace et d'allocation budgétaire. Parce que, regardez, aujourd'hui l'allocation budgétaire, soulignant que, par exemple, l'Estrémadure compte 38 mineurs migrants sous tutelle envoyés comme adultes et qui sont alors mineurs, selon les preuves du parquet.

« Nous exigeons qu'ils soient reconnus car ils sont mineurs au même titre que les mineurs qui arrivent en tant que tels et non en tant que majeurs dans ce cas », a-t-il commenté.

García ha justificado su ausencia en una visita a un centro de menores en Tenerife invitando a los ministros a un albergue en Mérida con capacidad para casi 1.000 migrantes, y les ha afeado también que se levantaran de la mesa de la conferencia para comparecer ante los medios de communication. « Le sérieux, le respect et la loyauté institutionnelle seront toujours présents en Estrémadure, mais il s'agit de vies humaines », a-t-il commenté.

A lire également