Pisarello (comuns) s'engage à "faire pression" pour une régularisation des migrants

Pisarello (comuns) s’engage à « faire pression » pour une régularisation des migrants

Rappelez-vous que le PP et le PSOE ont promu les régularisations « et l’économie a mieux fonctionné »

CASTELLDEFELS (BARCELONE), 13 juillet () –

Le numéro deux de Sumar-En Comú Podem al Congreso por Barcelona, ​​​​Gerardo Pisarello, a promis de « faire pression », que son parti atteigne le gouvernement ou non, pour obtenir une régularisation extraordinaire des migrants.

Cela a été prononcé ce jeudi à Castelldefels (Barcelone) dans la loi Sumar-En Comú Podem sur la migration avec la numéro 6 et conseillère de Castelldefens, Candela López, et la numéro 7, Viviane Ogou.

Il a rappelé que le PP avait fait cinq régularisations et celle du PSOE, « et l’économie fonctionnait beaucoup mieux », pour laquelle il a choisi de faire pression sur l’Initiative législative populaire (ILP) pour aller de l’avant en faveur de cette régularisation, qu’il a gérée. pour obtenir plus de 700 000 signatures.

« Si les migrants arrêtaient de faire le travail qu’ils font, cela s’effondrerait », a averti Pisarello, qui a critiqué le fait que le PP et le PSOE aient procédé à des régularisations sans, à son avis, que rien ne se passe et maintenant ils s’opposent à en faire une.

Il a défendu qu' »un groupe de jeunes hommes qui défendent des migrants puissants » ne peut pas être autorisé à décider de ce type de politique, et a accusé le leader de Vox, Santiago Abascal, de lire lors de rassemblements les noms de personnes portant des noms de famille arabes qui étaient faux et qu’il a dit qu’ils avaient reçu une aide au logement, selon ses propres termes.

« Je les ai vus pointer du doigt des mineurs migrants, qui n’avaient pas accès aux soins de santé, les accusant d’être laissés à l’aide de personnes âgées. Mentir pour générer une stigmatisation de l’étranger », a critiqué Pisarello à propos des dirigeants de Vox.

Il a affirmé établir des relations commerciales « qui permettent à ceux qui ne veulent pas partir, de ne pas avoir à quitter leur pays », ainsi que des routes migratoires sûres, que le droit d’asile soit respecté et d’avoir une loi sur l’immigration conforme à droits de l’homme. .

CANDELA LOPEZ

Pour sa part, López a exhorté ERC à entrer dans le gouvernement du Conseil provincial de Barcelone, nouvellement constitué ce jeudi grâce à un pacte entre PSC, comuns, Tot per Terrassa et deux députés qui se sont présentés sous l’égide de Junts, et Il a célébré que l’entité supranationale est composée de « 66% de députés progressistes ».

Le coordinateur également national des communes a regretté que ce soit la première fois que l’extrême droite soit représentée au Conseil provincial, en référence à Vox, mais a assuré que les communes ne normaliseront pas leur présence dans les institutions.

A lire également