Vox présente une motion dans cinq municipalités et au Conseil provincial de Grenade contre le centre de migrants de la base aérienne

Vox présente une motion dans cinq municipalités et au Conseil provincial de Grenade contre le centre de migrants de la base aérienne

GRENADE, 5 avril ( E) –

Les groupes municipaux Vox des municipalités d'Armilla, Alhendín, Ogíjares, Las Gabias et Churriana de la Vega, dans la zone métropolitaine de Grenade, ont présenté une motion rejetant la construction d'un camp d'immigrants sur le terrain de la base aérienne, un initiative que ce parti portera également au Conseil provincial.

Ils exprimeront ainsi, comme le rapporte Vox dans un communiqué, la « ferme opposition à tout type de relocalisation sur le territoire de ces localités de tout immigrant entré illégalement ou irrégulièrement sur le territoire national et n'ayant sollicité aucune protection internationale d'aucune sorte ». .  » « .

Cette initiative s'ajoute à celle annoncée hier par le groupe parlementaire Vox au Parlement d'Andalousie, qui va enregistrer une proposition de non-loi (PNL) « pour paralyser la construction de ce camp qui hébergera plus de 1.200 immigrants illégaux » et que le gouvernement de Pedro Sánchez « entend construire dans cette zone sans se soucier de ce que dit la loi, de l'ordre qu'exige, en oubliant qu'il y a des frontières et en oubliant ce que demandent ses voisins ».

Vox fait allusion à un début « imminent » des travaux puisque « l'entreprise chargée de la construction du camp a présenté une documentation dans laquelle elle communique le début des travaux à la base Armilla, plus précisément, dans la zone appelée Colonia Dávila ».

Ladite documentation citée par Vox fournit à son tour un rapport du Gouvernement de la Nation qui indique des « centres d'immigration » et qui présente une allocation budgétaire de huit millions d'euros avec un délai pour l'exécution des travaux du 1er avril 2024 au 31 juillet. de cette année. »

De Vox, ils soulignent également que « ce n'est qu'après avoir entendu la nouvelle dans les médias et après le désaccord des voisins, que l'équipe du gouvernement PP à Alhendín a convoqué une séance plénière pour annoncer qu'elle n'autoriserait pas les travaux, et depuis Le La sous-délégation gouvernementale a déclaré que cet emplacement n'est qu'une possibilité, mais que s'il n'est pas rendu public, les travaux continueront peut-être.

« Face à cette situation, l'incertitude règne désormais parmi les habitants de la zone qui voient comment le Gouvernement de la Nation manœuvre pour transférer vers leurs municipalités des milliers de personnes dont on ignore l'origine, leur casier judiciaire et leur volonté d'intégration ».

« Grenade a déjà accueilli des immigrants au cours de cette invasion migratoire longue et croissante. En octobre 2023, le refuge de Víznar a accueilli 115 immigrants arrivés des îles Canaries et en a rejoint 40 autres. Et quelque chose de similaire s'est produit à Motril, où il y a eu une tentative en 2018 de  » Le gouvernement national a demandé à installer un centre pour immigrés. Cependant, les voisins ont organisé des manifestations pour paralyser ce centre de détention pour immigrés », explique la motion.

La moción registrada, que se debatirá en los próximos plenos de estos municipios y en la Diputación, insta a que « el Gobierno de la Nación tramite de forma preferente y urgente la inmediata expulsión de todos los inmigrantes que accedan ilegalmente a nuestro país, así como que el Consejo de Gobierno de la Junta de Andalucía y el Gobierno de España acaben con las políticas de efecto llamada que han llevado a miles de personas a jugarse la vida y perderla trágicamente en demasiados casos, como consecuencia de las falsas promesas de un futuro mejor en Europe ».

Les gouvernements régionaux et nationaux sont également invités à « prendre toutes les mesures nécessaires pour ne permettre aucune allocation budgétaire destinée à la relocalisation des immigrants illégaux ».

L'initiative présentée à Armilla, Alhendín, Ogíjares, Las Gabias et Churriana de la Vega insiste sur le fait que « toutes les administrations publiques transmettent le message clair que tout immigrant entrant illégalement en Espagne ne pourra jamais régulariser sa situation dans notre pays ni recevoir aucun type de aides publiques ».

Pour Vox, « l'Espagne, comme le reste de l'Europe, subit une invasion migratoire qui met sérieusement en danger l'avenir de l'Europe telle que nous la connaissons, et avec des conséquences directes sur la coexistence, la sécurité et la prospérité de tous les Européens ».

« Pedro Sánchez et son gouvernement ont été les alliés et les promoteurs de toutes ces politiques mondialistes et multiculturalistes dont souffrent directement les Espagnols dans leurs quartiers et leurs villes, avec l'augmentation de l'insécurité, la précarité des emplois et l'entrée de cultures incompatibles avec la nôtre », ont-ils déclaré. indiquer de Vox.

Ainsi, « comme c'est le cas pour tant d'autres questions, toutes les conséquences de ces politiques désastreuses ne sont pas subies par ceux qui les promeuvent depuis leurs bureaux bien protégés ou depuis leurs développements avec la sécurité privée », affirme la motion.

« La situation actuelle a dépassé toutes les limites possibles. Plus de 37 000 immigrants illégaux sont arrivés rien qu'aux îles Canaries en 2023. Des immigrants qui ont entrepris un voyage très dangereux au péril de leur vie et qui sont victimes de politiciens, d'associations et d'organisations internationales qui continuent de lutter activement collaborent avec les mafias du trafic d’êtres humains, et qui font une affaire de tragédie et du bonisme dévastateur des élites.

« De ce fait, le nombre total d'immigrés clandestins en Espagne atteint près de 57 000, ce qui représente une augmentation de plus de 80 pour cent par rapport à 2022 », ajoute le texte.

A lire également