Ils démantelent à Almeria un réseau d'entreprises agricoles qui régularisaient les migrants avec fraude à la sécurité sociale

Ils démantelent à Almeria un réseau d’entreprises agricoles qui régularisaient les migrants avec fraude à la sécurité sociale

ALMERÍA, le 20 mars. () –

La Police Nationale d’Almería a arrêté un entrepreneur agricole de la région de Níjar, accusé d’offrir sa structure d’entreprise à des citoyens étrangers afin qu’ils puissent régulariser leur situation en Espagne.

Le détenu, grâce à la médiation de deux animateurs d’origine marocaine, a embauché des migrants venus d’Afrique du Nord en échange de sommes avoisinant les 3 000 euros. De plus, afin de ne pas être responsable des cotisations de sécurité sociale pour chaque travailleur, il aurait également exigé des cotisations mensuelles de 200 euros.

Selon le commandement d’Almería, les agents ont pu prouver au cours de l’enquête que, depuis 2020, un total de 230 migrants ont demandé leur régularisation à Almería en fournissant des documents liés à ce réseau.

En analysant la comptabilité opaque que gérait le détenu, la Police nationale estime qu’il aurait obtenu un bénéfice d’environ 370 000 euros.

L’enregistrement massif de travailleurs étrangers dans les deux entreprises créées par l’homme arrêté a alerté les services du Trésor de la Sécurité Sociale, qui ont bloqué toute nouvelle inscription les concernant.

Cette « adversité », selon les enquêteurs, a alimenté « la créativité » de l’homme arrêté, qui aurait utilisé son propre fils pour créer une nouvelle entreprise et ainsi poursuivre ses activités criminelles.

L’Unité contre les réseaux d’immigration et les mensonges documentaires de la Poste de Police Provinciale a vérifié que ces travailleurs n’avaient aucune fonction réelle dans l’appareil commercial du détenu, et après avoir recueilli les preuves et témoignages pertinents, ils ont exploité une opération qui a abouti à quatre détenus: père et fils, et les deux médiateurs marocains.

Tous sont accusés de délits contre les droits des citoyens étrangers, de falsification de documents, de fraude à la sécurité sociale et d’escroquerie, et ont été mis à la disposition du tribunal d’instruction 6 d’Almería, de garde, qui a décrété leur libération provisoire.

A lire également