Inclusion souligne que le centre d'Alcalá (Madrid) garantit les droits humains des migrants et regrette qu'il génère une "alarme sociale"

Inclusion souligne que le centre d’Alcalá (Madrid) garantit les droits humains des migrants et regrette qu’il génère une « alarme sociale »

MADRID, 18 janvier () –

Le ministère de l’Inclusion, de la Sécurité sociale et des Migrations et l’organisation sociale Accem ont assuré que le Centre d’urgence, d’accueil et de référence ouvert à Alcalá de Henares (Madrid) garantit les droits humains à travers un programme de soins humanitaires destiné aux migrants et aux réfugiés.

Ils ont ainsi nié les accusations portées par le Réseau espagnol d’assistance à l’immigration et aux réfugiés qui, dans un communiqué, a accusé le centre d’Alcalá de « mauvais traitements continus » et de « marquage avec des chiffres sur la peau » des résidents de le centre, une déclaration « purement et radicalement fausse », comme l’a affirmé le ministère dans un communiqué envoyé à Europa Press.

Ainsi, le Ministère a rappelé qu’il dispose d’un réseau d’appareils sur tout le territoire national, parmi lesquels se trouve ledit centre et où les migrants reçoivent les premiers soins humanitaires comprenant l’hébergement, l’entretien et l’assistance médicale de base.

Le département dirigé par Elma Saiz a également nié l’existence d’un « contrôle strict » des migrants, comme le souligne le Réseau espagnol de l’immigration, car ces centres d’urgence « sont ambulatoires et disposent d’un horaire garantissant les règles de base de coexistence et de soins adéquats aux personnes ». personnes qu’ils hébergent ».

« Le Ministère et Accem considèrent très grave la succession de nouvelles infondées qui se répandent dans l’opinion publique et qui entravent le travail d’accompagnement et de soins humanitaires, en plus de provoquer une inquiétude sociale injustifiée », ont-ils déploré, tout en soulignant que la situation dans le pays Le centre et ses environs sont un lieu de « calme et de coexistence ». « Et cette escalade dialectique n’est pas constructive et stigmatise les personnes qui arrivent en situation de vulnérabilité », conclut le communiqué.

A lire également