Les fonctionnaires de Huelva se renseignent sur la résidence et le travail des membres de la communauté et sur l'embauche dans des pays tiers

Les fonctionnaires de Huelva se renseignent sur la résidence et le travail des membres de la communauté et sur l'embauche dans des pays tiers

HUELVA, le 21 juin. () –

La subdéléguée du Gouvernement à Huelva, María José Rico, a inauguré la conférence « Immigration et Protection Internationale », organisée par la Subdélégation de la Faculté d'Éducation, Psychologie et Sciences du Sport de l'Université de Huelva pour informer les fonctionnaires de le Service public d'emploi de l'État (SEPE) et le Service andalou de santé de la Junta de Andalucía (SAS) sur les permis de séjour et de travail, ainsi que sur les questions utiles concernant l'embauche de travailleurs migrants dans leur pays d'origine.

María José Rico a souligné que « depuis l'Office des Étrangers de Huelva, l'année dernière, 3.337 demandes de permis de séjour pour circonstances exceptionnelles ont été traitées, dont 2.500 ont été résolues de manière favorable aux intéressés » et a souligné l'importance de ce séjour. permis en raison de circonstances exceptionnelles, « avec lequel il a été possible de régulariser les citoyens qui résidaient en Espagne depuis au moins deux ou trois ans et d'assurer leur pleine inclusion dans notre société ».

Le chef de l'Unité Travail et Immigration de la Sous-délégation du Gouvernement, Antonio Alvarado, a également participé à la présentation, expliquant que les permis de séjour pour circonstances exceptionnelles « sont toujours temporaires et peuvent être accordés, en plus des raisons humanitaires, également pour des raisons professionnelles, sociales ». , des racines familiales ou de formation, ainsi que le fait d'être une femme étrangère victime de violence de genre ».

Ceci est réglementé par le décret royal 557/2011, du 20 avril, qui approuve le règlement de la loi organique 4/2000 sur les droits et libertés des étrangers en Espagne et leur intégration sociale.

Alvarado, en collaboration avec la directrice du Bureau de l'Immigration de Huelva, Angélica Alonso, et l'inspectrice de la Police Nationale Ana Escamilla, ont tenté de dissiper les doutes des employés du SEPE et du SAS, au fil de la journée, au cours de laquelle les plus courants les types de permis ont été expliqués en détail. Parmi eux, outre ceux déjà évoqués, ceux du regroupement familial et du séjour et du premier travail indépendant.

Le chef du Bureau des Etrangers de Huelva a souligné qu'il traitait plus de 12.600 dossiers par an. En outre, les fonctionnaires de la Police Nationale sont chargés, entre autres fonctions, de délivrer la carte d'identité d'étranger (TIE), un document fondamental pour prouver la résidence et le travail des citoyens étrangers en Espagne.

Au premier trimestre de l'année, cet Office a déjà émis 6.832 TIE, ce qui représente 51% du total. La séance a également abordé des questions d'intérêt dans lesquelles l'Administration générale de l'État et la Junta de Andalucía sont liées, comme celles liées au certificat d'insuffisance des demandeurs d'emploi ou au catalogue des postes difficiles à pourvoir.

A lire également