Les îles Canaries tablent sur une prévision de 11 000 mineurs migrants à la fin de l'année et insistent sur le fait qu'"ils ne peuvent plus attendre".

Les îles Canaries tablent sur une prévision de 11 000 mineurs migrants à la fin de l'année et insistent sur le fait qu' »ils ne peuvent plus attendre ».

SANTA CRUZ DE TENERIFE, 21 juin () –

La ministre du Bien-être social, de l'Égalité, de la Jeunesse, de l'Enfance et de la Famille du gouvernement des îles Canaries, Candelaria Delgado, a averti ce vendredi en commission parlementaire qu'on prévoit 11 000 migrants de moins sous tutelle à la fin de l'année. îles.

« Les Îles Canaries ne peuvent plus attendre et il est urgent que l'État et l'Europe répondent à l'urgence que nous traversons », a-t-il déclaré, soulignant que jusqu'à présent, l'Exécutif a déployé un large éventail de mesures pour améliorer la prise en charge des mineurs étrangers. accompagnés qui sont sous leur tutelle, y compris l'élaboration d'un plan choc pour le traitement des documents des garçons et des filles résidant dans les dispositifs dépendant du gouvernement des Îles Canaries, conformément à l'article 196 du Règlement de la Loi Organique sur l'Immigration.

Delgado a expliqué que son département fait de grands efforts depuis des mois pour prendre soin des enfants migrants et améliorer les protocoles établis à cet effet, mais il comprend que la situation actuelle n'est pas durable.

« À l'heure actuelle, nous avons sous notre tutelle près de 5.700 mineurs étrangers non accompagnés et 80 dispositifs d'urgence, mais il est prévu que jusqu'à la fin de 2024, nous pourrons accueillir jusqu'à 11.000 garçons et filles. Il est urgent de parvenir à la modification du système d'immigration. Loi et cela Prenons soin de ces mineurs parmi toutes les communautés autonomes », a-t-il déclaré.

Malgré les difficultés de cette crise humanitaire sans précédent, la conseillère a expliqué que son département n'a pas baissé les bras dans ses efforts pour apporter la meilleure prise en charge à ces enfants et adolescents.

Ainsi, il a expliqué les actions entreprises par le Gouvernement des Îles Canaries pour offrir à ces enfants et adolescents une vie digne et les aider à construire un projet d'avenir.

MODIFICATION DE LA LOI SUR LES ÉTRANGERS

En ce sens, il a détaillé les exigences que l'Exécutif canarien a posées au Gouvernement central et aux institutions européennes, comme la modification de l'article 35 de la Loi Organique sur l'Immigration, afin que la coresponsabilité des Communautés Autonomes espagnoles dans le l'accueil est imposé par la loi à ces mineurs non accompagnés ; la déclaration d'une urgence migratoire au niveau de l'État afin que toutes les communautés autonomes puissent activer de toute urgence des dispositifs pour accueillir ces mineurs ou l'utilisation d'installations militaires désaffectées pour permettre de nouveaux espaces d'accueil.

De même, se démarque la demande de fonds que la Communauté autonome a alloués à cette crise, un montant qui dépasse jusqu'à présent 86 millions d'euros des fonds reçus par l'État et pour améliorer le déploiement de Frontex sur la côte africaine, influençant l'opération surveillance et lutter contre les mafias au Sénégal et mettre en œuvre une politique adéquate de coopération pour le développement des pays d'origine, afin que les jeunes puissent développer leurs projets de vie, précise une note du ministère.

A lire également