L'inclusion attribue deux propriétés aux services de santé des Asturies et de l'Andalousie

L’inclusion attribue deux propriétés aux services de santé des Asturies et de l’Andalousie

OVIEDO, 28 juillet ( ) –

Le ministère de l’Inclusion, de la Sécurité sociale et des Migrations a accepté d’attribuer quatre bâtiments appartenant à la Trésorerie générale de la Sécurité sociale qui n’étaient pas utilisés à quatre administrations publiques et qui auront des usages de santé, de services aux citoyens et de soins aux migrants.

Plus précisément, l’attribution de plusieurs étages d’un immeuble situé dans la Calle Argüelles à Oviedo, totalisant 721 mètres carrés, au Service de Santé de la Principauté des Asturies (Sespa) a été convenue pour une période de 30 ans. Ils serviront à la gestion des services de santé communautaires, comme l’indique le ministère dans un communiqué.

Le sous-sol d’un immeuble de 282 mètres carrés, situé sur l’Avenida del Cid de San Fernando, à Cadix, a également été attribué, dans ce cas au service de santé de la Junta de Andalucía. Cette affiliation aura une durée de 25 ans.

Les bâtiments San Fernando et Oviedo abritaient déjà des blocs sanitaires, résultat de transferts aux administrations régionales.

Troisièmement, l’attribution des locaux situés dans la rue Real de Ceuta au ministère de la politique territoriale a été convenue. Cette propriété de 1 687 mètres carrés sera utilisée pour diverses zones de services aux citoyens par la Délégation du Gouvernement de Ceuta pendant une période de 30 ans.

Enfin, l’ancien centre de formation de la sécurité sociale, situé sur le Paseo de la Casa de Campo à Pozuelo de Alarcón (Madrid), a été rattaché au secrétariat d’État aux migrations. Ce bien, temporairement cédé pour le démarrage d’un Centre d’Accueil, d’Accueil d’Urgence et d’Orientation (CRADE), a été rattaché pour continuer à assurer ces services pendant une durée de 5 ans.

Ces affiliations sont couvertes par la réforme du décret royal 1221/92 sur les actifs de la sécurité sociale approuvée en janvier dernier, qui simplifie et facilite la collaboration entre la sécurité sociale et d’autres administrations, permettant l’utilisation de biens qui ne sont pas utilisés pour les attribuer à des fins d’utilité publique. .

A lire également