Marlaska affirme que des mesures ont été prises pour les migrants bloqués à Barajas, après des exigences judiciaires

Marlaska affirme que des mesures ont été prises pour les migrants bloqués à Barajas, après des exigences judiciaires

MADRID, 4 janvier ( ) –

Le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, a assuré jeudi que des mesures avaient été prises pour résoudre le problème « spécifique » dû à l’effondrement subi en décembre dans les salles d’asile de l’aéroport Adolfo Suárez Madrid-Barajas, qui a motivé trois les juges lui ont envoyé des demandes pour apporter une solution urgente.

« Il s’agit d’une question absolument spécifique, les mesures ont été prises et nous disposons déjà d’installations complémentaires à cet égard », a souligné Grande-Marlaska lors de la conférence de presse sur le bilan des accidents routiers 2023.

Le ministre de l’Intérieur a ajouté que ce problème était dû à « certains vols très précis, avec une origine et une destination bien précises », sans donner plus de précisions. « Nous avons travaillé sur ce dossier, qui a été très ponctuel », a-t-il déclaré, interrogé sur les exigences judiciaires exigeant des mesures urgentes.

Le 19 décembre, le syndicat de la Confédération espagnole de la police (CEP) a demandé au ministère de l’Intérieur d’adopter des mesures urgentes pour éviter l’effondrement des salles de demande d’asile dans les terminaux T1 et T4 de l’aéroport Adolfo Suárez Madrid-Barajas, depuis lequel, a-t-il déclaré. , ont été « dépassés » par la présence de 260 demandeurs de protection internationale, principalement munis de passeports kenyans.

Le CEP a indiqué que ces personnes profitaient du concept juridique d’asile, prévu pour ceux qui subissent des persécutions pour des raisons de race, de religion, de nationalité, de sexe ou d’orientation sexuelle.

Le syndicat a dénoncé « l’accumulation de personnes » et l’impact sur la police nationale stationnée au poste frontière de Barajas, tant en ce qui concerne la réalisation des interrogatoires prévus par la loi pour ces demandes, qu’en ce qui concerne la garde des chambres.

Lors de la conférence de presse à la Direction Générale du Trafic (DGT), le ministre a également été interrogé sur les informations d’ABC concernant l’envoi en Espagne du premier lot d’immigrés d’origine latine, à savoir 281 Nicaraguayens et Vénézuéliens.

Grande-Marlaska s’est limité à dire qu’il s’agit de personnes « méritant le droit d’asile parce qu’elles sont persécutées dans leur pays d’origine » et qu’il l’envisage dans le « plan national de relocalisation ».

A lire également