Plus d'une centaine d'immigrés, dont 40 mineurs, entrent irrégulièrement à Ceuta, risquant leur vie en pleine tempête Karlotta

Plus d’une centaine d’immigrés, dont 40 mineurs, entrent irrégulièrement à Ceuta, risquant leur vie en pleine tempête Karlotta

CEUTA, 10 février ( ) –

Au moins 102 immigrants, dont 40 mineurs, ont réussi à entrer irrégulièrement à Ceuta ce vendredi et la première moitié de ce samedi, risquant leur vie pour profiter du passage de la tempête Karlotta dans la ville autonome et de la réduction de la surveillance côtière. des forces de sécurité marocaines en raison de conditions météorologiques défavorables.

La grande majorité a réussi à accéder à la ville espagnole d’Afrique du Nord en contournant à la nage le brise-lames frontalier de Tarajal, même si des tentatives de franchissement de la barrière terrestre ont également été enregistrées. Dans l’un d’eux, la Garde civile a dû demander l’appui des pompiers pour extraire un homme d’origine subsaharienne d’une zone rocheuse dans laquelle il courait « un risque réel et imminent d’être écrasé ».

Des sources policières ont précisé dans des déclarations à Europa Press que la quasi-totalité des nouveaux arrivants sont des citoyens marocains, même si l’entrée de ressortissants de pays d’Afrique subsaharienne comme le Tchad, le Soudan ou la Guinée Conakry et un Yéménite a également été enregistrée.

Quarante des plus d’une centaine d’immigrés qui ont été assistés par l’Équipe d’intervention d’urgence pour l’immigration (ERIE) de la Croix-Rouge de Ceuta sont des mineurs qui ont été accueillis dans le centre La Esperanza géré par le Service de Protection. administration.

Con ellos el número de menores extranjeros no acompañados que alberga la Ciudad Autónoma se sitúa ya en 230, cien por encima del máximo establecido en 2022 como límite para declarar una contingencia migratoria que permita activar el protocolo de derivación de niños migrantes solos a otras regiones de la péninsule.

La Zone des Mineurs du Gouvernement de Ceuta a envoyé lundi dernier un rapport au Ministère de l’Enfance demandant le transfert de 78 et au cours de la semaine prochaine, il est prévu que les 19 adolescents qui restent à emmener de l’autre côté du détroit le seront arrivent en Andalousie dans le cadre de l’accord conclu fin 2023 par le Conseil avec la Ville pour le déplacement de 36.

Le Centre local de séjour temporaire des immigrés (CETI) géré par l’Administration générale de l’État héberge actuellement environ 300 personnes, en majorité d’origine subsaharienne (170) et algériennes (68). Son taux d’occupation est à 60 % de sa capacité maximale d’exploitation, soit un peu plus de 500 places après sa dernière extension.

A lire également