Sanidade défend que les migrants en situation irrégulière bénéficient d'une couverture santé en Galice

Sanidade défend que les migrants en situation irrégulière bénéficient d’une couverture santé en Galice

SANTIAGO DE COMPOSTELA, 10 janvier () –

Le ministère de la Santé a défendu que les migrants en situation administrative irrégulière bénéficient d’une couverture santé gratuite et que ceux qui sont entrés légalement dans le pays peuvent obtenir une carte de santé « en cas d’extrême nécessité ou de vulnérabilité dûment constatée par un rapport du travail social ».

Dans une réponse fournie à Europa Press concernant la résolution de la Valedora do Pobo qui exhorte la Xunta à garantir une couverture sanitaire à tous les migrants qui se trouvent dans le pays, la Xunta a souligné qu’« au moment » où un immigrant devient un immigrant irrégulier situation, il peut obtenir une carte santé. »

Il souligne que les personnes qui entrent légalement en Espagne sont considérées administrativement pendant les 90 premiers jours « comme des touristes/séjours temporaires ». « C’est pendant cette période qu’ils n’ont pas droit à une carte de santé, sans préjudice du fait qu’ils peuvent recevoir des soins de santé d’urgence à Sergas », a précisé Sanidade.

Il ajoute que la Galice envisage la possibilité d’accorder la carte avant la fin dudit délai de 90 jours « en cas d’extrême nécessité ou de vulnérabilité dûment constatée par un rapport du Travail Social ». De même, il souligne que dans le cas des mineurs ou des femmes enceintes « les délais sont envisagés différemment pour raccourcir les délais de délivrance de la Carte Santé ».

RÉSOLUTION DE LA VALEDORA

La Valedora do Pobo a averti le ministère de la Santé qu’il ne devrait pas refuser la couverture sanitaire aux immigrants qui se trouvent en situation administrative irrégulière parce qu’ils ne possèdent pas de permis de séjour.

C’est ce qu’affirme une résolution à laquelle Europa Press a eu accès, publiée à la suite d’une plainte déposée par la Caritas de Mondoñedo-Ferrol, qui faisait appel à l’institution dirigée par María Dolores Fernández Galiño face au « refus systématique » de Sanidade d’accorder le carte de soins de santé pour les mineurs étrangers en situation irrégulière.

La Xunta, telle que transmise à la Valedora dans les arguments inclus dans le dossier, interprète que les personnes qui se trouvent sur le territoire espagnol pour une période inférieure à 90 jours bénéficient de la considération administrative de « séjour » et non de « résidence », de sorte que qui n’ont pas droit à une carte santé.

Dans sa résolution, le Haut-Commissaire du Parlement galicien détermine que même si la loi n’établit pas de droit d’accès gratuit au système national de santé pour tout étranger qui se trouve « temporairement » en Espagne, dans le cas des migrants et, en particulier pour les mineurs. , les administrations doivent veiller à bénéficier d’une protection sanitaire gratuite.

Il souligne qu’il s’agit de groupes de population « vulnérables » qui doivent faire face à « des difficultés non seulement économiques, mais aussi sociales et administratives » et souligne que la loi elle-même évoquée par la Xunta « prend en compte la possibilité qu’une personne formellement en situation de séjour temporaire mérite cependant une protection sanitaire de la part de l’État ».

Tout cela a pour but, poursuit le défenseur, de « sauvegarder » la « dignité humaine » de ces personnes si elles n’ont pas les moyens de répondre à « leurs besoins sanitaires les plus élémentaires et les plus urgents, et peuvent également démontrer leur volonté de rester dans le pays ». pays d’une manière plus stable.

Dans ce sens, il conclut que la situation soulevée par Cáritas dans sa plainte « ne compromet pas » le système de santé et n’implique pas non plus qu’il « est utilisé à mauvais escient », mais plutôt « un possible refus de soins de santé aux personnes dans une situation vulnérables, en particulier les femmes et les enfants » qui ne peuvent pas prouver qu’ils sont en Espagne depuis plus de 90 jours et qui, pour cette raison, se voient refuser la couverture sanitaire par l’administration, même s’ils n’ont pas les ressources nécessaires pour faire face aux dépenses engagées en cas de « grossesse et d’autres processus. »

CÁRITAS DEMANDE UNE CORRECTION

Dans un communiqué, la Caritas a apprécié la résolution de la Valedora do Pobo, qu’elle considère comme « un grand pas pour exhorter les administrations et, dans ce cas, la Xunta, à agir comme garantes des droits de tous les peuples ».

L’organisation ecclésiastique du diocèse de Mondoñedo-Ferrol accueille chaque année plus de 4 000 personnes, dont 45 % de migrants, dont un sur quatre mineurs.

A lire également