PP et Vox demandent à Marlaska des explications sur les contacts avec Bildu concernant les prisonniers de l'ETA et le retour des mineurs migrants

PP et Vox demandent à Marlaska des explications sur les contacts avec Bildu concernant les prisonniers de l’ETA et le retour des mineurs migrants

MADRID, 22 janvier () –

Le PP et Vox ont enregistré ce lundi des demandes au Congrès pour que le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, et le secrétaire général des institutions pénitentiaires, Ángel Luis Ortiz, expliquent au Congrès les contacts avec les députés d’EH Bildu et l’environnement de Prisonniers de l’ETA dans le but d’obtenir des avantages pénitentiaires, selon un rapport de la Garde civile.

Le principal parti d’opposition a également demandé la comparution du chef de l’Intérieur après que la Cour suprême a confirmé que le retour des mineurs non accompagnés de Ceuta vers le Maroc en 2021 était illégal.

Grande-Marlaska a parlé des deux cas lors de la dernière législature lorsqu’elle a été interrogée par l’opposition. En février 2022, le PP avait déjà déshonoré lors d’une séance de contrôle que le secrétaire général des institutions pénitentiaires, Ángel Luis Ortiz, avait répondu aux demandes promues par des terroristes « assoiffés de sang » comme « Kubati ».

Grande-Marlaska a répondu en niant qu’il y ait eu des conversations « clandestines » avec l’entourage des prisonniers de l’ETA et en accusant PP et Vox d’avoir lancé des « canulars » sur le rapport que la Garde civile a envoyé au Tribunal national et qui comprenait l’échange de messages de Sare. le porte-parole, Joseba Azkarraga, et le parlementaire et avocat basque Julen Arzuaga.

L’association Dignité et Justice (DyJ) vient de demander au juge du Tribunal national chargé d’enquêter sur l’organisation d’une centaine d’actes d’hommage aux prisonniers de l’ETA entre 2016 et 2019 d’inculper Julen Arzuaga, puisqu’il a été pointé du doigt pour avoir demandé sa collaboration au directeur. des Institutions Pénitentiaires pour « débloquer les situations exceptionnelles » dans le cadre du « canal de communication efficace et stable » qu’il entretenait « avec les responsables du PSE ».

DyJ, qui exerce l’accusation populaire dans l’affaire, a demandé à son tour que l’ancien ministre basque de la Justice Joseba Azkárraga, le membre de l’ETA Jorge García Sertucha et l’avocat Txema Matanzas soient témoignés comme faisant l’objet d’une enquête pour appartenance à une « structure  » dédié à gérer les permis de prison des détenus de l’ETA puis à organiser les hommages.

Alliance à capuche

Le PP a signalé qu’il avait déjà mobilisé ses groupes parlementaires au Sénat et au Congrès après avoir compris que l’information journalistique « vient confirmer le pacte masqué » du gouvernement de Pedro Sánchez avec l’un de ses partenaires, EH Bildu.

Pour cette raison et en raison des retours d’immigrés mineurs à Ceuta en 2021, le PP a annoncé qu’il demanderait au Congrès de tenir une séance plénière extraordinaire à laquelle comparaîtra Grande-Marlaska.

Concernant le retour des mineurs entrés à Ceuta en 2021, Grande-Marlaska s’est également prononcée, affirmant que le retour avait été soutenu, à la demande du gouvernement de Ceuta, dans une procédure signée avec le Maroc en 2007 et en tenant compte des meilleurs intérêts du mineur.

A lire également